Les plafonds des exonérations temporaires de CFE prévues pour les établissements situés dans des zones urbaines en difficulté applicables pour 2016 sont inchangés par rapport à ceux applicables en 2015.

Ils sont fixés à :

– 28 578 € de base nette imposable pour les créations ou extensions d’établissements réalisées jusqu’au 31 décembre 2014 dans les zones urbaines sensibles ou à compter du 1er janvier 2015 dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (CGI art. 1466 A, I) ;
– 77 089 € de base nette imposable pour les créations ou extensions d’établissements et les changements d’exploitant réalisés jusqu’au 31 décembre 2014 dans les zones franches urbaines – territoires entrepreneurs (CGI art. 1466 A, I sexies) ou dans les anciennes zones franches urbaines (CGI art. 1466 A, I quater et I quinquies) ;
– 77 089 € de base nette imposable pour les très petites entreprises commerciales existant au 1er janvier 2015 dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ou y ayant réalisé une création ou une extension d’établissement à compter de cette date (CGI art. 1466 A, I septies).
(BOI-IF-CFE-10-30-50-20150619)

Initialement prévue pour 2014, la révision des valeurs locatives des locaux professionnels (hors locaux industriels) retenues pour l’assiette des taxes foncières et CFE vient une nouvelle fois d’être reportée à 2017.

Plusieurs mécanismes correctifs accompagneront l’entrée en vigueur de la révision afin de limiter les effets de transfert d’imposition.

Pour ces raisons, il est important d’auditer vos taxes locales dont les bases d’imposition risquent de perdurer encore quelques années !

(Loi de finances n°2015-1785 du 29 décembre 2015)

Les bâtiments affectés à des opérations de recherche faisant l’objet d’une première imposition à compter du 1er janvier 2016 peuvent bénéficier d’un abattement de 50% sur la valeur locative de taxe foncière et de CFE.

Il convient de suivre de près les récentes délibérations de vos collectivités !

(Loi de finances n°2015-1785 du 29 décembre 2015)

Cette redevance concerne toutes les opérations de construction, de reconstruction ou d’agrandissement portant sur des locaux à usage de bureaux, des locaux commerciaux et des locaux de stockage. Elle s’applique aux demandes de permis de construire ou déclarations préalables déposées avant le 1er janvier 2016.

A compter du 1er janvier 2016, cette redevance est remplacée par une taxe d’urbanisme (loi 2015-1786, art. 50,II).

La charge financière de cette nouvelle taxe sera équivalente à l’ancienne taxe pour les locaux commerciaux et locaux de stockage.
Les locaux à usage de bureaux voient leur fiscalité alourdie à Paris et dans les Hauts de Seine et diminuée dans les autres circonscriptions.

(Loi de finances n°2015-1785 du 29 décembre 2015)